mercredi 1 avril 2009

«Maudite folle», un récit touchant de Varda Étienne

***
Varda Étienne, à l'émission de Christiane Charette, 2 mars 2009
Photo: SRC-émission de Christiane Charette
***
Dans son livre intitulé Maudite folle, paru aux éditions Les Intouchables, Varda nous raconte en 166 pages l'histoire de sa maladie: elle est bipolaire, c'est-à-dire maniaco-dépressive.
Il s'agit d'une maladie cyclique et donc chronique, mais qu'elle peut contrôler en prenant régulièrement un arsenal de médicaments appropriés.
L'ouvrage est merveilleusement bien écrit: style simple, texte clair, chapitres courts, récit captivant: je l'ai lu en une soirée.
En le lisant, pour les qualités que je lui trouve, le livre de Varda me rappelle définitivement les mémoires de Columbo: « Juste une dernière chose», par Peter Falk, éditions Michel Lafon, 2006.
Voici un extrait du récit de Varda:
«...J'arrache les draps de mon lit et je les ajoute aux rideaux pour être dans la noirceur totale. Je pousse la couverture sous la porte pour qu'aucune lumière ne filtre. Je me cache sous le lit. Je délire complètement. J'entends des voix....»:
" Tu mérites ce qui t'arrive. Il faut que tu meures. Tes parents ne veulent pas de toi."
« Papa...décide de me faire emmener d'urgence en ambulance à l'hôpital. Quand les ambulanciers arrivent, ils trouvent maman en pleurs. Papa leur dit:
"Je ne sais pas quoi faire...Je crois que c'est un cas d'urgence psychiatrique". »
« Le mot est lâché. Pour la première fois, on me traite comme une vraie folle.»
« Mes parents suivent l'ambulance, en voiture, direction l'hôpital du Sacré-Coeur. On m'emmène directement dans l'aile psychiatrique. On passe une première porte qui se ferme derrière nous avant que l'autre n'ouvre. Peu à Peu, je comprends que j'entre dans un univers fragile que la raison n'habite pas. Je vois des adultes qui se dandinent, rient pour rien, tout seuls, comme dans les films. Je suis complètement paniquée.»
« Le psychiatre de garde, d'origine haïtienne, est une connaissance de mes parents. Ils lui énumèrent mes différents comportements. Le médecin leur dit:
" D'après ce que vous me décrivez, il semblerait que votte fille soit atteinte de maniaco-dépression sévère. Nous allons la garder sous observation pendant quarante -huit heures."»
« Ma mère s'effondre en pleurs sur sa chaise. Bouleversé, papa donne son accord
« Alors voilà, me dis-je. Après le millième abandon, après Haïti, après mes tantes, après les familles d'accueil, ils ne sont toujours pas capables de s'occuper de moi. Me voilà de nouveau seule, sans parents, sans amis, et prises en charge complètement.»
« Mon premier jour en psychiatrie, le lendemain de mon admission, me semble interminable. Le soir, une infirmière me remet des cachets de toutes les couleurs. Sa voix est douce, calme et posée »:
" Ça va te faire du bien, tu verras. Tu vas te calmer et bien dormir."
« Je hoche la tête en avalant le ccktail de médicaments. Après quelques minutes, je tombe dans un profond. sommeil.»
«Une femme d'une quarantaine d'années partage ma chambre. Elle fume cigarette sur cigarette. Durant la nuit, je sens une brûlure dans mon dos. Ma voisine, prise d,hallucinations, me brûle avec sa cigarette en riant ! Je hurle de douleur et un membre du personnel hospitalier fait irruption dans la chambre. Il attrape la femme et la conduit dans une chambre isolée. J'ai mal et je suis incapable de retrouver le sommeil. Je demande la permission d,appeler mes parents, mais on me la refuse. Je tremble, j'ai des palpitations, je crie, je veux sortir de là ! Mais c'est impossible.»
« Depuis lors, je ne dors jamais sur le ventre.»
« Mon séjour en psychiatrie dans cet hôpital durera environ deux mois...»
- Maudite folle, pages 40-42
Nous saluons le courage de Varda. Elle réussit à sortir du placard pour nous étaler sa vie et sa maladie. Le récit de certaines choses véçues par Varda sont difficiles à lire. Mais elle nous décrit sans réserves son histoire de jeune fille, de jeune femme, en Haïti, à Montréal...La lecture de l'histoire de varda nous marque pour le reste de notre vie...
Nous saluons également l'endurance de ses proches, plus particulièrement sa mère Maryse, la golden girl, sa charmante soeur Guylaine, son époux Daniel, son charmant fils Alexis, l'aîné, ses tantes, ses ami(e)s...
Le récit de Varda nous a permis de comprendre sa maladie dont nous avions auparavant vaguement entendu parler, bien que nous soyons amis de sa famille.
Varda Étienne est une femme pleine de talents. Elle pourrait continuer à écrire. Elle a certainement beaucoup à dire, sur plein de sujets.
Compliments, Varda. Et bon courage.
Varda, nous vous aimons tellement que nous osons paraphraser un peu votre époux Daniel pour vous dire, amicalement, afin de ne plus vous faire traiter de maudite folle: Prenez donc régulièrement vos pillules, tabarnac !
Au début du mois de mars 2009, Varda a donné un grand nombre d'entrevues: télés, radios, journaux... Nous ne l'avons cependant pas encore entendue aux émissions de radio haïtiennes de Montréal...
Voici un lien qui vous permettra d'écouter l'entrevue de Varda à l'émission de Christiane Charette (durée 27,5 minutes), le 2 mars 2009:

//
//
Je vous recommande fortement la lecture du livre. Il est disponible dans toutes les librairies à Montréal.
Pour plus d'informations, on peut consulter, par exemple le lien suivant (sans faire de publicité pour la librairie en question):
//Librairie Renaud-Bray
//

3 commentaires:

Dr. Pierre Montès a dit…
Ce commentaire a été supprimé par son auteur.
Dr. Pierre Montès a dit…

Le Coin de Pierre a reçu par courriel le commentaire d'un lecteur. Le voici:

« Pour la premiere fois, je me permets de publier sur Le Coin de Pierre. Comme toi j'ai lu le livre de Varda en 2 soirées...L'histoire est certe captivante mais j'ai quelques réserves sur la stylistique que je trouve par moments très dry. Je pense que le texte garderait à avoir une meilleure fluidité et une meilleure chronologie. Il s'agit beaucoup plus d'un receuil de nouvelles dont le sujet maître est la vie de Varda au travers de sa bipolarité que d'une biographie proprement dite.»

« Ceci dit, je salue l'aplomb de Varda pour ce livre et surtout je salue aussi le courage de ses proches...d'autant plus qu'en lisant le livre, je me rappelle vaguement de situations ou, enfant, je voyais Varda lors de ses "crises d'adolescente" avec ses parents. Maintenant, je comprends mieux la source de ses crises ainsi que cette maladie dont elle souffre et dont moi aussi j'avais vaguement entendu parler.»

SB
Ottawa, ON

savj a dit…

Elle a dit en entrevue à Tout le monde en parle que son livre est une sorte de mea culpa pour toutes les personnes qu'elle a blessées. Je trouve que c'est un peu trop facile de faire son mea culpa après que le mal ait été fait. Je ne sais pas si elle en est consciente, mais une famille et des amis c'est très précieux et il faut leur faire attention sinon on peut les perdre. Si j'avais été son amie et qu'elle m'avait traitée ainsi, je ne suis pas certaine que j'aurais toujours envie de l'être même après son mea culpa.